Lymphœdème

Souffrez-vous de gonflements persistants et asymétriques dans un ou plusieurs de vos membres ? Votre membre atteint est-il indolore tout en ressentant une sensation d’oppression à l’intérieur de celui-ci ? D’autres membres de votre famille ont-ils également souffert de gonflements des membres ou bien avez-vous subi une intervention chirurgicale ou un traitement contre le cancer ayant nécessité l’extraction des ganglions lymphatiques ? Si c’est le cas, votre système lymphatique est peut-être compromis et il est possible que vous ayez développé un lymphœdème. Découvrez pourquoi la compression est essentielle dans le traitement du lymphœdème.

FK_Couple-with-bike_ECNE_2-1.jpg

Qu’est-ce qu’un lymphœdème et quels en sont les symptômes ?

Le lymphœdème est une pathologie caractérisée par une rétention de liquide localisée et un gonflement tissulaire causés par un système lymphatique compromis. Cela se traduit par le gonflement d’un ou de plusieurs membres. Cependant, le lymphœdème peut également se manifester dans d’autres parties du corps, par exemple le cou, la région génitale, la région inguinale, le visage, etc. Environ un tiers à un quart des cas de lymphœdème sont attribuables à une cause primaire (p. ex. génétique) qui a entraîné une atteinte du système lymphatique. Les femmes sont six à dix fois plus susceptibles que les hommes de développer un lymphœdème primaire.

Un lymphœdème secondaire se manifeste lorsqu’une raison secondaire est responsable des dommages qui ont affecté le système lymphatique (p. ex. cancer, traitement du cancer, chirurgie, infections, etc.).

Voici ce que vous devez savoir sur le lymphœdème, son traitement et pourquoi la compression médicale est essentielle.

Comment reconnaître un lymphœdème ?

  • Gonflement (appelé œdème ou congestion) dans un ou plusieurs membres (souvent asymétrique)
  • Si le membre inférieur est atteint, le gonflement est présent à l’arrière du pied
  • Indolore
  • Sensation d’oppression
  • Restriction des mouvements, en fonction du stade du lymphœdème
  • Peau épaisse ou durcie, en fonction du stade du lymphœdème
  • Infections cutanées récurrentes
  • Signe de Stemmer positif, en fonction du stade du lymphœdème : impossible de pincer ou de soulever la peau à la base du deuxième orteil, à la base du majeur ou dans toute autre région du corps présentant un gonflement.

Comment fonctionne le système lymphatique
right_arrow

La lymphe provient du liquide qui est filtré de la circulation sanguine dans l’interstitium, qui s’écoule ensuite par les sinus lymphatiques aveugles. La lymphe se compose de liquide interstitiel, de protéines (plus petites que l’albumine), de fibrinogène et d’autres facteurs de coagulation, de petites molécules et d'ions du sérum et de l’interstitium, de leucocytes, d’immunoglobulines, de graisse sous forme de chylomicrons, de débris cellulaires, de déchets et de bactéries.

Le système lymphatique est responsable de la majeure partie de l’absorption des liquides dans les espaces interstitiels. La collecte de ce liquide est effectuée par les sinus lymphatiques initiaux, qui sont des vaisseaux à l’extrémité épithéliale aveugle avec des ouvertures fenêtrées qui permettent le passage de fluides et de particules aussi grandes que des cellules ou de protéines plus petites que l’albumine.

Les fluides sont ensuite aspirés et refoulés dans des précollecteurs lymphatiques. Les collecteurs de lymphe et les vaisseaux lymphatiques toujours plus grands présentent un système de valve lymphatique et des lymphangiones (par exemple, des unités agrandies avec des cellules musculaires lisses entre deux vaisseaux lymphatiques).

La lymphe circule dans une direction proximale à travers les vaisseaux et les lymphangiones grâce à la contraction active des angiomes lymphatiques et à un reflux restreint de la lymphe du fait des valves lymphatiques.

Le corps humain possède des centaines de ganglions lymphatiques (autour du cou, du tractus intestinal, de l’aisselle ou de l’aine, ...) responsables de l’élimination des débris, de la régulation de la teneur en protéines de la lymphe, de la réponse immunitaire, de la recirculation des lymphocytes et de la réabsorption de l’eau (environ 5 à 8 litres par jour).

Chaque jour, le système lymphatique consomme environ 10 litres de liquide interstitiel. 

Quelles sont les causes d’un lymphœdème ?

Le lymphœdème est classé en deux sous-types : le lymphœdème primaire et le lymphœdème secondaire (ou acquis).

  • Héréditaire : le lymphœdème primaire semble être le résultat d’une anomalie congénitale du système lymphatique.
  • Acquis : le lymphœdème secondaire est dû à une atteinte du système lymphatique (vaisseaux et/ou ganglions lymphatiques) ou à une déficience fonctionnelle. Les infections causées par des piqûres d’insectes, des blessures graves ou des brûlures peuvent causer un lymphœdème lorsqu’elles endommagent ou détruisent le système lymphatique. L’obésité sévère, tout type de chirurgie, une blessure grave ou une radiothérapie pour le traitement d’un cancer (ou la tumeur elle-même) peut également entraîner l’apparition de la maladie.

Facteurs pouvant causer ou entraîner une progression ou une aggravation d’un lymphœdème existant :

  • Chirurgie (ablation des ganglions lymphatiques. Ex. : traitement d'un cancer)
  • Traumatisme susceptible d’endommager le système lymphatique
  • Rayons et chimiothérapie pour le traitement d’un cancer
  • Infections graves de la peau ou des canaux lymphatiques (lymphangiose, cellulite, érysipèle, infection causée par le parasite microscopique « filarial larvae »)
  • Obésité
  • Insuffisance veineuse chronique

Trois stades du lymphœdème

Selon l’évolution de la maladie, le lymphœdème peut être divisé en trois stades.

  • Stade 0 (ou Ia) : malgré une circulation défectueuse de la lymphe, des modifications subtiles du liquide/de la composition tissulaire et des modifications des symptômes subjectifs, le gonflement n’est pas encore visible. Ce stade peut durer durant des mois, voire des années, avant que l’œdème n’apparaisse.
  • Stade I : l’accumulation de liquide diminue lorsque le membre atteint est surélevé. Si on appuie du bout des doigts sur la partie touchée, elle marque puis apparaît gonflée (« piqûre »).
  • Stade II : le gonflement des tissus ne diminue plus en surélevant le membre. La peau marque clairement. Plus tard, au Stade ll, le membre peut ne pas garder de marque à la pression en raison d'un excès de tissus adipeux sous-cutané et du développement d'une fibrose.
  • Stade III : englobe l’éléphantiasis lymphostatique caractérisé par une éventuelle absence de marque à la pression, des troubles trophiques cutanés, tels que l'acanthose, des altérations du type et de l’épaisseur de la peau, le développement de nouvelles surcroissances et d'un dépôt de graisse et de fibrose.

Comment traiter un lymphœdème ?

Le lymphœdème peut être traité de différentes façons. Le traitement « de référence » et le traitement clé est la thérapie combinée de décongestion (TCD).

La thérapie combinée de décongestion (TCD) repose sur deux piliers fondamentaux : le drainage lymphatique manuel (DLM) et la compression médicale. Ces deux piliers sont complétés par des soins cutanés, des changements de régime alimentaire et de l'exercice physique.

L’objectif thérapeutique de la première phase de la thérapie combinée de décongestion (TCD) vise à obtenir une réduction maximale du volume de l’œdème (phase de réduction). En général, au cours de cette phase, la compression médicale consiste en un pansement multicouche, appliqué par un thérapeute ou un autre professionnel de santé, et qui doit être remplacé chaque jour. La première phase de la TCD dure entre 2 et 6 semaines, selon l’étendue et le stade du lymphœdème. Les soins cutanés sont également très importants.

Au cours de la deuxième phase de la TCD, appelée phase de maintien, l’objectif est de conserver et d’optimiser la réduction de volume obtenue lors de la première phase. La compression médicale à l’aide de vêtements de compression à tricotage rectiligne, les soins cutanés, l’exercice physique et des DLM répétées au besoin, constituent les principaux éléments du traitement.

La compression est essentielle

Il existe plusieurs produits pour le traitement du lymphœdème par compression médicale.

  • Les bandages multicouches inélastiques sont généralement utilisés au cours de la première phase de la TCD, avec pour principal objectif de réduire au maximum le volume des membres. Ils assurent une compression très rigide et traitent même les membres extrêmement déformés.
  • Les bas de compression à tricotage rectiligne sont généralement utilisés pour la prise en charge à long terme du lymphœdème pendant la phase de maintien. Cette option de compression plus rigide est utilisée lorsque le volume des membres est stabilisé. Les bas de compression à tricotage rectiligne contribuent également au traitement des membres extrêmement déformés.
  • Les bandes à fermetures auto-agrippantes ou à agrafes de soutien-gorge peuvent être utilisées dans les première et deuxième phases de la TCD. Les bandes sont faciles à mettre et à enlever. Elles se règlent facilement et permettent de modifier le niveau de compression afin de s’adapter aux changements de volume des membres.
  • Les bas de compression à tricotage circulaire ne sont utilisés que dans les premiers stades du lymphœdème, lorsque le volume du membre n’a pas encore atteint des tailles extrêmes.

Pourquoi les soins cutanés sont-ils importants en présence d’un lymphœdème ?

Si le flux lymphatique est constamment interrompu, le liquide à haute valeur protéique s’accumule dans les tissus mous, ce qui provoque une inflammation des zones gonflées. En outre, la fonction du système immunitaire est réduite en raison d'un trouble du système lymphatique. Même une petite blessure au bras ou à la jambe peut constituer le point d’entrée d’une infection (par ex., cellulite ou érysipèle) ou une inflammation grave. Il est donc important de maintenir l’intégrité de votre peau et de bien gérer vos problèmes de peau. De cette façon, le risque d’infection est réduit au minimum.

Les principes des soins de la peau comprennent les suivants :

  • Un lavage quotidien à l’aide de savon au pH neutre, de savon naturel ou d’un substitut de savon
  • En présence de plis cutanés, veiller à ce qu’ils restent propres et secs
  • Surveiller la peau atteinte et non atteinte pour déceler la présence de coupures, d’abrasions et de piqûres d’insectes
  • Appliquer des émollients
  • Utiliser uniquement des lotions à faible pH
  • Éviter les produits parfumés

L’exercice physique contribue à diminuer le lymphœdème

Il est utile d’effectuer quotidiennement des mouvements de base des extrémités (exercices de pompage musculaire), en particulier en combinaison avec une compression externe des membres (marche, yoga, bicyclette, escaliers).

Conseils de santé destinés aux personnes souffrant de lymphœdème
right_arrow

  • Portez des vêtements de compression conformément aux prescriptions ou aux recommandations.
  • Protégez votre bras ou votre jambe affecté(e). Évitez de vous blesser au membre affecté ; utilisez un répulsif contre les insectes et une crème solaire à facteur élevé car les coupures, les éraflures et les brûlures peuvent provoquer une infection.
  • Si possible, évitez toute intervention médicale, comme une prise de sang ou un vaccin, sur votre membre atteint.
  • L’exercice, les étirements et une alimentation équilibrée sont conseillés. Mais évitez toute activité intense jusqu’à ce que vous vous soyez remis d’une éventuelle intervention chirurgicale ou radiothérapie.
  • Évitez les températures extrêmes sur le bras ou la jambe affecté(e). N’appliquez pas de glace ou de chaleur, par exemple avec des coussins de refroidissement ou chauffants.
  • Élevez votre bras ou votre jambe. Dans la mesure du possible, élevez votre membre atteint au-dessus du niveau de votre cœur. La gravité peut ainsi aider votre corps à drainer la lymphe.
  • Évitez tout ce qui pourrait serrer votre bras ou votre jambe, comme des vêtements moulants ou des bijoux trop serrés et, dans le cas de votre bras, des brassards de tensiomètre. Demandez que votre pression artérielle soit mesurée à votre autre bras. Bien que votre vêtement de compression soit conçu pour aider votre corps à drainer l’excès de liquide, des vêtements trop moulants, qui sont trop serrés au mauvais endroit, peuvent en fait empêcher le drainage.
  • Lavez régulièrement votre bras ou votre jambe et hydratez votre peau. Faites de l'hygiène de votre peau et de vos ongles une priorité absolue. Examinez quotidiennement la peau de votre bras ou de votre jambe à la recherche de changements ou de déchirures cutanées susceptibles d’entraîner une infection. Portez toujours des chaussures pour protéger vos pieds contre les blessures.
  • Suivez un régime alimentaire équilibré et maintenez un poids optimal. Le fait de contrôler votre poids peut contribuer à soulager vos symptômes.
  • Hydratez bien votre peau. Il est recommandé de boire beaucoup d’eau pour rester hydraté et faciliter le bon fonctionnement des reins, ce qui est nécessaire pour éliminer l’excès de liquides, de protéines et d’autres substances.
  • Évitez une consommation excessive de sel alimentaire pour contribuer à éviter la rétention d’eau.

Résumé

Un gonflement persistant, asymétrique et indolore dans un ou plusieurs de vos membres, accompagné d’une sensation d’oppression, peut indiquer une altération du système lymphatique. Si d’autres membres de votre famille souffrent également de gonflement des membres ou si vous avez déjà subi un traitement anticancéreux ou une intervention chirurgicale ayant entraîné l’extraction de ganglions lymphatiques, vous devriez consulter votre médecin pour savoir si vous souffrez de lymphœdème.  

Connaissances médicales de base : lymphœdème

  • Le lymphœdème est une pathologie caractérisée par une rétention d’eau localisée et un gonflement tissulaire causés par des troubles du système lymphatique.
  • Un liquide à haute valeur protéique peut s’accumuler dans les tissus mous, entraînant le gonflement d’un ou de plusieurs membres, ou d’autres parties du corps.
  • Les troubles du système lymphatique peuvent être congénitaux ou acquis.
  • Dans le cas du lymphœdème, on distingue quatre stades (0-3), dont le premier est le plus souvent asymptomatique.
  • La référence en matière de traitement du lymphœdème repose sur une approche à plusieurs composantes, y compris des interventions physiques et psychosociales, et est appelée thérapie combinée de décongestion.
  • En fonction de la gravité et du stade de la maladie, d’autres options de traitement, telles que des interventions chirurgicales ou des procédures excisionnelles, peuvent être appliquées.

 

Lecture complémentaire